9 MARS 2013 - UN SAMEDI RECORD

L'année 2013 a commencé sur les chapeaux de roue !

Samedi dernier 9 mars le club a enregistré la plus forte affluence de son histoire pour ses activités régulières : 44 joueurs inscrits en tournoi, plus ceux qui ont préféré jouer des parties amicales, les parents accompagnateurs, visiteurs etc.  En tout, une bonne cinquantaine de personnes.

Les réunions du samedi comprennent maintenant deux tournois parallèles, un disputé en cadence semi-rapide (25 minutes/mat) et un tout nouveau en cadence lente (1 heure plus 30 secondes par coup pour toute la partie).  Le tournoi de lentes se joue au rythme d'une partie par semaine.  S'il est couronné de succès, et ça semble bien parti, l'expérience sera répétée à l'automne.

La salle est divisée en deux aires séparées par une cloison.  Dix joueurs sont inscrits dans le premier tournoi de lentes du club.  L'un d'eux est Bernard Blondin à qui nous avons posé quelques questions :

Q.  Pourquoi t’es-tu inscrit à ce tournoi ?

R.  Parce que j’aime cette cadence. J’ai le vilain défaut d’être un joueur lent… à tout comprendre !

Q. Tu joues régulièrement des parties lentes ?

R. Oui, une quarantaine de parties par année, notamment au Championnat ouvert du Québec, au Club d’échecs de Montréal le mercredi soir et au Championnat ouvert de Montréal que le Club d’Ahuntsic a organisé jusqu’en 2011.  Auparavant, je lisais des revues d’échecs et j’aimais assister à des tournois comme le défunt Tournoi international de Montréal.

Q.  Depuis combien de temps joues-tu en compétition ?

R.  Depuis 2008 seulement.  J’aime bien revoir mes camarades de jeu le samedi à mon club.  J’essaie de demeurer concentré et attentif dans mes parties.  Le grand défi, il est là pour moi.  Si cette activité peut m’aider à demeurer jeune d’esprit et alerte, mes trois petites-filles connaîtront peut-être un grand-papa plus rigolo !

 

La section semi-rapide

 

Vue partielle de la section lente : Bernard Blondin (au fond à droite) -vs - Éric Piché et Robert Bureau -vs- Lorraine Dubois.

Post-mortem de la partie Denis Pilon(à droite) -vs - Sang Kil Kay, sous les yeux attentifs de Jean Ménis, Emiliano Cuende et Dany Lapointe. 

Photos de Claude Provencher


Make a Free Website with Yola.